What the Bible says about light and seed

The True Light "In him, (the Lord Jesus) was life, and that life was the light of men. The light shines in the darkness, but the darkness has not understood it. The true light that gives light to every man was coming into the world,…the world didn’t recognize him." John 1:4,9.

The Good Seed and the Weeds “The kingdom of heaven is like a man who sowed good seeds in his field. But while everyone was sleeping, his enemy came and sowed weeds among the wheat and went away. Matthew 13:24,25.

Friday, January 28, 2011

Le Lion et l'Agnelle





C’est ce que j’aime en toi, ce qui m’attire …

Pouvoir te comprendre sans essayer d’analyser,
Quel privilège de contempler ta simplicité virginale
De simplement recevoir ce que tu m’offres
À ta manière toute originale,
Si gentiment, et courageusement,
Si tendrement et si généreusement

La porte,  tu l'as entrouverte
En réponse à un aveu
À peine chuchoté dans l’intimité
D’un boudoir de trafic virtuel,
D’une alcôve sans cloisons
Les murs n’ont pas d’oreilles
Dans le royaume du sommeil
Des rêves lucides empruntant leur essor
Des ailes caressantes de tes paroles
Réveillant tendrement ce cœur mort
D’avoir battu, trop vite, trop longtemps
Pour de mauvaises raisons.

La raison est souvent trompeuse
Elle se laisse emprisonner
Par les idées de vendeurs d’esclaves
Au meilleur acheteur
Mais l’amour pur et vrai
A seulement ses saisons,
Et nul besoin de se rendre,
De s’acheter ou de se vendre.

C’est lui seul qui rend la liberté
Qui ouvre toutes grandes les portes
De la servitude d’un peuple opprimé,
Fatigué du joug qu’ils ont eux-mêmes forgés,
Tendant leur cou fragile en abaissant le regard
Sous l’arrogance du maître de leur choix
Élu par peur de lever leurs yeux jusqu’au ciel
Pour accueillir humblement le message
Depuis longtemps proclamé.
Source éternelle d’unique vérité
Seul remède à la mourante humanité.

Toi, ma sœur, mon amie de toujours
Et mon amour renaissant en concert
Avec l’aube de chaque jour,
Tu l’as vue, cette chère liberté
Tu l’as goutée, elle guide ta vie,
Elle a rempli de mesure sage
L’infini qui nous est promis
Dans un avenir si présent
Dans ta belle âme sans frontières
Découverte et arpentée seulement
À la lumière des pas précédents
Sans besoin d’un regard furtif
Sur le chemin déjà parcouru
Dans le domaine des ombres

Nul besoin de se dérober
Quand le cœur pur est mis à nu
Sous le regard protecteur
De ton égal en réflexion
Sur la surface miroitante
De ta profondeur inaccessible
Aux navigateurs zélés étalant
Leur convoitise dans le creux
De leur marée basse où s’accumule
Un flux incessant d’écume inutile

Seuls les êtres équilibrés
Peuvent se permettre
De parcourir à leur gré
Le domaine des superlatifs
Sans pour cela admettre
La faiblesse de paraître extrêmes
Aux yeux des aveugles
Et de tomber dans le piège si tentant
D’une insipide médiocrité

Tout cela tu me l’as enseigné
Avec ta douceur, ta patience
Face à mon érudite ignorance
Tu as calmé ma fougue
Et mes élans passionnés
Ce lion que je crois être
Tu l’as dompté et lui donne à manger
Dans le creux de ta main entraînée
A bénir et à nourrir, toi enfant fidèle
De l’agneau de Dieu immolé

Toi, ma douce et gentille agnelle,
Bénis soient le reste de tes jours
Dans la paix, l’amour et la joie
Que Dieu dans sa grâce t’accordera.

Jean-Louis.














3 comments:

Ester said...

Coisa linda, Jean-Louis!!

Estou diante de uma obra de arte e sem palavras,
a grandeza de tuas palavras nos deixa entrever a profundeza de teus sentimentos,

Queria ter a destreza de poder traduzir para o portugues, infelizmente não conseguiria..

*erudite ignorance* a minha!

Bjs!

Ester said...

A Mírian é verdadeiramente uma doce 'agnelle'...

Ela já leu esse poema?

Jean-Louis said...

Merci Ester, Des fois je me demande si c'est moi qui a écrit cela. Je demande toujours au Seigneur de me donner le don de raccourcir mes histoires parce que les gens n'ont plus le temps de lire ou même de penser.
Alors je crois que c'est là, la réponse à ma prière, au lieu de me faire taire, il m'a donné la possibilité de résumer mes pensées par la poèsie. C'est la seule façon dont je puisse le faire...et encore, ça me demande des efforts.
Tu comprends ce que je veux dire. Pour la traduction, ne t'en fais pas. je vais le faire moi-même. Est-ce que tu pourrais m'aider pour la finition quand tu auras le temps? Et puis dis-moi le prochain de tes poèmes que tu voudrais que je traduise. C'est vraiment un plaisir de le faire. Et puis tu me permets une certaine liberté, et j'aime ça.
Je ne crois pas que Mirian l'ait lu. Elle est très occupée avec le déménagement. A demain. Youpi!
Bisous.
Jena-Louis.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...